Voyage au Maroc

Comme l’a dit une voyageuse rencontrée sur la route, c’est comme si ce voyage avait eu une connotation initiatique pour moi. Prendre le temps de reflechir, penser tout en laissant en France les soucis du quotidien tant personnels et professionnels. C’était aussi le voyage des « premières fois », en effet, c’était une première fois au Maroc, une première fois au Maghreb, une première fois en Afrique. En tant que voyageur solo, durant ces 12 jours j’ai surtout ouvert grand mes yeux et mon esprit à la découverte. Ce voyage dans une si belle région que le Sud Marocain a été rythmé par de nombreuses et belles rencontres.

Cette partie du pays fait la part belle au minéral : des montagnes aux roches colorées qui explorent toutes les teintes pastels et ocres possibles, de grandes falaises du désert de pierres noires, des dunes de sable blond. Le pays est en tout cas une destination vraiment accessible pour une première approche du monde arabe et du continent africain. Le niveau de développement des infrastructures est très bon. Le budget pour un voyage au Maroc n’est pas extrêmement cher, bien au contraire je me demande bien si on n’est pas au Maroc dans une des destinations les plus intéressantes en terme de rapport qualité prix au monde !

Tout cela donne envie de revenir, de déjà imaginer son prochain voyage à la découverte d’autres régions qui semblent tout aussi incroyable, l’Anti Atlas (Tafraoute) et le Nord notamment.

Pour ce break de Nouvel An Chinois, loin de l’Asie c’est au Maroc que je pars pour dix jours, à la découverte des beaux paysages du Sud du pays et aussi du désert.

Ce sera un merveilleux voyage, initiatique comme dira une parmi tant de mes riches rencontres, qui restera gravé dans ma mémoire comme un des plus beaux que j'ai vécu.

Le soleil se lève sur le désert rocailleux, l’oued serpente au milieu, quelques nuages pastel dans le ciel. Le village est encore paisible, mis à part le coq qui s’en donne à cœur joie. On prend le petit déjeuner avec le couple de cantonais sur la terrasse, et puisqu’ils vont à Ouarzazate, je leur propose de les emmener car c’est sur mon chemin, ils acceptent. Avant de partir, je pars découvrir le Ksar de l’intérieur, ce que je n’avais pas fait la veille au soir préférant admirer le coucher du soleil depuis la terrasse de l’hôtel.

Le lendemain matin, je profite d’une belle matinée ensoleillée pour refaire un tour dans la palmeraie, mais en voiture cette fois pour la parcourir en longueur, et traverser les oueds asséchés. Les points de vue sont superbes, d’autant plus qu’il a neigé sur les sommets de l’Atlas cette nuit. Ensuite je pars en direction des Gorges du Dadès pour une visite dans cette vallée aux couleurs ocres incroyables.

Pour ce quatrième jour de découverte du Sud Maroc, je décide de partir un peu plus tôt car j’ai un peu de route, en effet je compte passer la journée dans les Gorges du Todhra, qui sont à un peu plus de deux heures de route. C’est un peu long ces allers retours car finalement ça fait passer beaucoup de temps sur la route, peut être un point de chute vers Boumalnes aurait été plus judicieux si on compte comme moi faire deux jours dans cette zone. Néanmoins l’auberge de Skoura est très agréable et on est content d’y rentrer le soir. Donc finalement, la contrainte de la route est effacée par ces soirées passées chez Mohammed.

Aujourd’hui un long périple m’attend, je vais partir en direction de M’Hamid Gislhaine, tout au Sud du Maroc, là où la route s’arrête et ou commence l’univers des dunes du désert. Avant d’arriver à M’Hamid depuis Skoura, il faut repasser par Ouarzazate, puis traverser une chaine montagneuse rocailleuse, longer la vallée du Drâa jusquà Zagora, puis poursuivre encore une heure jusqu’à M’Hamid. Dans une même journée, c’est plusieurs types de paysages que l’on voit défiler.

En début de matinée, Mustapha et Mohammed arrivent avec deux grands dromadaires qui seront nos porteurs pour ces 2 jours dans le désert. Franchement, j’aurai jamais imaginé que cet animal, le dromadaire était aussi grand. Après avoir chargé les dromadaires, nous partons en direction de la palmeraie. Par chance, on tombe sur un plan d'eau sur le bord de la route, ils se remplissent la bosse bruyamment, ils savent probablement que ce genre d'opportunité n'arrive pas souvent. On traverse d’abord la palmeraie avant d’arriver dans le vieux M’Hamid, on traverse les petites ruelles bordées de maisons en pisé puis on sort de la palmeraie, on commence à fouler le sable du désert.

Par chance, je me réveille aux premières lueurs. Il faut dire que le dromadaire a dormi a côté de moi et je ne sais comment il fait ce bruit bizarre, on croirait une gourde que l’on agite quand il bouge dans le silence du désert, puis il se met à mastiquer. Lorsque je sors la tête de la tente, cet énorme animal me regarde avec son air placide en ruminant.

La veille au soir j'avais réglé mon réveil à 7h00 afin de profiter de la lumière du matin. Le réveil sonne et j'émerge difficilement. A cause des boule quiès, tout le campement a du être réveillé avant moi... Oups ! Je me lève très rapidement car il fait déjà jour donc je ne dois pas perdre de temps.

Aujourd'hui je continue ma route vers le Nord, en direction de ma destination finale, Marrakech. Mais puisque je suis revenu à Skoura, je décide de faire un détour pour voir la vallée de Toundoute à une vingtaine de kilomètres au Nord de Skoura. En fait c'est Mohammed qui la semaine précédente avait conseillé à des voyageurs d’aller voir les amandiers en fleur. Il y a une semaine une partie seulement des arbres étaient en fleur, donc je me dis qu’avec la chaleur des derniers jours, c’est le bon moment pour aller voir cela. D'autant plus que la veille on avait déjà vu plusieurs amandiers fleuris sur la route.

Dernière journée de roadtrip, cet après midi je dois rendre la 208 à l’aéroport de Marrakech. Avant cela, je pars visiter la Kasbah du Glaoui de Telouet, juste en face de mon hotel, le Lion d’Or. D’extérieur, on a l’impression que la kasbah n’est qu’un amas de ruines d’une grande batisse en pisé qui n’a rien de particulier avec les autres kasbahs.

La dernière partie de mon voyage fini à Marrakech où je prends le temps de me reposer de mes aventures dans le Sud du Maroc et en profitant de cette ville à l'intensité impressionnante. J'en visiterai quelques sites principaux, mais j'ai besoin de me recaler à cette foule de touristes, de vendeurs, d'arnaqueurs, je regrette quand même ces moments passés loin de la vie urbaine. Mais ce sera aussi l'occasion de faire de belles rencontres.